FEDERICO BLASUTTI PREMIÈRE

Federico Blasutti, giovane designer formatosi al Politecnico di Milano, ha visitato il Linen Dream Lab Milano per approfondire la ricerca tessuti della sua prima collezione. Ha così scoperto la versatilità dei tessuti in lino, che rivelano performance inaspettate grazie alle nuove mischie con i sintetici di ultima generazione. Federico ha così scelto di realizzare due capi della sua collezione di debutto “Federico Blasutti Première” con un sofisticato tessuto in lino-poliammide dell’azienda Tessiture di Nosate, che è stato tinto di arancio vibrante. Una collezione dal sapore retrò, che esalta la femminilità facendo del suo punto forte la sartorialità dei capi, rivisitata in chiave moderna grazie proprio all’utilizzo di cromatismi accesi.

“Una reinterpretazione contemporanea delle dive del passato, una donna che ama viaggiare e che è alla continua ricerca del bello” – Federico Blasutti

La collezione è stata presentata in settembre, con una Street Parade durante la settimana della moda di Milano.

www.federicoblasutti.com/

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

Précollections Fall 15 are out ! Slub #Linen by CLOVER CANYON – #Lin fileté d’hiver: beautiful !

[LinenTrends]

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

IL LINO, MATERIALE DI PROGETTO

Il Linen Dream Lab Milano ha aperto le porte agli studenti di Fashion Design del Politecnico di Milano, che stanno elaborando il proprio progetto di tesi. Il lino ha suscitato grande interesse per le sue innumerevoli applicazioni, ed ha in particolar modo colpito due studentesse, che lo hanno scelto come materiale protagonista della propria collezione. Il concept di partenza del loro progetto è stato uno studio del corpo non « convenzionale », lontano da stereotipi, volto ad indagare nello specifico le esigenze del corpo della persona anziana. Da qui l’idea di proteggere il corpo, progettando dall’intimo al capospalla, utilizzando trame e pattern esagonali, volumi essenziali, privi di ingombri, volti ad un uso quotidiano e multifunzionale.

“Il lino è diventato il materiale prescelto del nostro progetto, per le sue molteplici proprietà e possibilità di applicazione, ideale sia per soddisfare le esigenze del nostro target sia esprimere il mood quotidianità ed essenzialità del progetto.”

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

IL LINO IN SCENA @ OUT OF FASHION

“Out of Fashion” è il primo corso di alta formazione  sulla cultura della Moda Consapevole, Etica ed Innovativa, ideato da Connecting Cultures, agenzia di ricerca non profit con sede a Milano. Un corso interdisciplinare articolato in diversi moduli, rivolto a giovani professionisti che desiderano ampliare e approfondire le proprie conoscenze in vari campi della sostenibilità nel settore del tessile, del design e del commercio. Grande successo per il primo modulo, Green Fashion, dedicato alle fibre tessili, alla loro lavorazione, ciclo di vita ed impatto ambientale. Durante la conferenza Ornella Bignami, partner di Celc, ha presentato il Lino Europeo, la fibra verde del futuro! Il lino infatti, unica fibra vegetale tessile europea, proviene da un’agricoltura di prossimità, rispettosa dell’ambiente. La coltivazione del lino ha un impatto ambientale minimo, non necessita di irrigazione, né defoglianti, non produce scarti in quanto il 100% della pianta viene utilizzato per varie applicazioni ed inoltre assorbe il carbonio, particolarità che rendono questa fibra ecologicamente notevole! Le qualità del lino ne fanno oggi il portavoce di una cultura eco-responsabile che promuove naturalità e semplicità, ma anche creatività ed innovazione.

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

Le #lin européen : une fibre qui stimule l’innovation (article JduT du 2/12/14) #EuropeanFlax #3D

Journal du Textile – 2/12/14

Extrait de l’article « Le lin a un fort potentiel textile à exploiter »

65 ème Congrès de la CELC  (Budapest / 6 et 7 novembre 2014)

www.europeanflax.com

Twitter #EuropeanFlax

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

JT « le #lin, une matière très performante » #confort #EuropeanFlax @linenandhemp

Journal du Textile – 2/12/14

Extrait de l’article « Le lin a un fort potentiel textile à exploiter »

65 ème Congrès de la CELC  (Budapest / 6 et 7 novembre 2014)

www.europeanflax.com

Twitter #EuropeanFlax

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

Bart Depourcq, un Président moderne pour la CELC

Teilleur belge de 46 ans, Bart Depourcq avance à pas de géant du haut de son mètre 96.  Entré dans la Société familiale VAN DE BILT en 1991, après son Master en Génie Industriel – Université de Gand – il en devient actionnaire en 1998 pour en assumer aujourd’hui la direction générale. Un rôle qu’il incarne avec modernité pour fédérer une filière LIN résolument tournée vers l’ international.

Bart Depourcq reçoit Yuko Onuma de la marque japonaise de PAP 100% lin  Kenland

« Dans ma jeunesse, j’ai passé beaucoup de vacances à la ferme de ma grand-mère qui m’a transmis l’amour de la culture » confie-t-il.  » J’ai commencé ma carrière professionnelle en 1991, à l’époque où la succession n’était pas un sujet d’actualité chez les frères van de Bilt. Ce qui m’a permis d’apprendre les différents aspects du métier du lin. En 1991 ce n’était pas évident de commencer une carrière dans le lin qui traversait alors une grande crise. » Avec une équipe renforcée et en sachant qu’il faut investir en anticipant, la maison van de Bilt décide d’ élargir ces activités. En 1993, elle met en route sa première peigneuse.  En 1994, il épouse Monique van de Bilt qui lui donnera 2 enfants. « Dès 1995, j’accompagnais monsieur Marc van de Bilt sur ces tournées semences en France;  je m’occupais de plus en plus des questions financières . En 1998, j’ai repris les parts appartenant à mon beau-père et je suis devenu actionnaire de la société.

L’ écosystème LIN :  fédérer autour du choix

Avec son discours inaugural lors de notre Congrès international de Budapest  (6 et 7 novembre 2014), Bart Depourcq s’est voulu rassembleur autour d’un principe de responsabilité. Le choix. Incarné, comme au théâtre par l’Unité d’action: « Car, pour bien agir, encore faut-il avoir le choix. Pour bien agir, encore faut-il faire les bons choix, a t-il rappelé devant un parterre de 250 acteurs internationaux venus de 15 pays.  » Dans l’environnement si complexe de notre filière, à l’image de tous nos métiers, de toutes nos spécificités et de toutes nos ambitions, les alternatives sont multiples. Chaque cas est unique, chaque cas est une valeur ajoutée ». A l’origine même du lin, dans les champs, l’agriculteur est lui aussi confronté à des choix : céréales, betteraves, pommes de terre, lin, quel emblavement pour quelle culture ? Un choix qui obéit à des paramètres et à des critères rationnels. « In fine, que me rapporte cette culture si exigeante ? Exigeante en hommes, en savoirs, en machines et outils de plaines, et si tributaire de la météo ». Agriculture, R&D, innovation: cette dynamique débute dès les semences et se manifeste aux champs, pour des rendements optimum, grâce notamment à la maîtrise des intrants, une expertise d’ARVALIS, Institut du Végétal. Un choix qui assure la qualité, obsession du teilleur et du filateur, à la source de l’innovation portée par les tisseurs et tricoteurs; cette innovation qui «  place le LIN comme Fibre Créative, pour un art de vivre 100% lin »; et qui porte en soi un élément de différenciation pour le dernier maillon de la chaîne – le plus important – le consommateur final.

Bart Depourcq – 65ème Congrès de la CELC – Budapest 2014 « Savoir-faire et Faire Savoir »

Informer, défendre et promouvoir

En se souciant du maillon qui précède et du maillon qui suit, et en parfaite connaissance des forces et des contraintes de chacun, « toute la filière LIN gagne en confiance « , rappelle Bart Depourcq. Et de souligner l’importance de la Promotion dans cet ensemble. « En prise directe avec les réalités de marché, la Promotion joue pleinement son rôle de dénominateur et de levier commun à l’ensemble de la filière. Qu’elle soit Européenne ou Extra-Européenne, comme le rappelle Alain BLOSSEVILLE, Président de la Promotion à la CELC, lors de son discours de conclusion: « Quand ZARA fait une collection en maille de lin, ce n’est pas un hasard. Et nous savons tous ici que ses fournisseurs sont multiples, le fil vient de Chine, de Pologne, et de Lituanie ». C’est le fruit d’un travail d’open- promotion. Une open-promotion qui a su replacer l’homme, la plante, sa naturalité, et sa modernité au cœur de l’action marketing, en écho à un discours de société. Une promotion continue, appuyée sur une stratégie claire, sur des expertises, sur une équipe et un réseau de personnalités fortes et investies.

Cette Promotion a su créer de nouveaux usages en réponse aux attentes des modes de consommation actuels. En affranchissant le lin de son passé statutaire, en mettant en place des outils qui ont déjà fait montre de leur efficacité. Rempart à la contrefaçon, l’Observatoire des Fibres Libériennes est désormais garant en matière d’identification des fibres LIN et CHANVRE,  et donne la possibilité aux marques et aux enseignes de tester la composition de leurs produits. Une certification nécessaire à la crédibilité et à la notoriété de nos 2 marques interactives où la fibre labellisée EUROPEAN FLAX®, permet au CLUB MASTERS OF LINEN® de jouer son rôle de modèle économique de la qualité. Un Club qui garantit une traçabilité résolument européenne, à chaque étape de transformation. Récemment mise en place à l’initiative de la CELC, la Veille économique, partage des statistiques de douanes et d’informations issues des organisations, fédérations et des professionnels des pays tiers (tout particulièrement statistiques chinoises), permettrait un meilleur ajustement des emblavements (hectare semés) et de l’outil industriel (européen et pays tiers). OUI, les nouveaux marchés du lin sont pluriels, en Inde, au Japon et bientôt en Chine.

En accédant à la Présidence de la CELC en 2013, Bart Depourcq s’était donné une mission. Stimuler la diversification des débouchés textile et non textile du lin et du chanvre, intensifier les relations avec nos partenaires et clients Chinois, Indien ou Japonais, maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande. Le 65 ème Congrès de Budapest, deuxième congrès international de la CELC, a conforté cette vision – pour mieux anticiper l’avenir de nos seules fibres végétales textiles européennes.

++Pour aller plus loin++

LES CHIFFRES CLÉ DU LIN EUROPEEN

- production : 120.000 tonnes en Europe (France, Belgique et Hollande), 90.000 tonnes en France pour 2014. Source CIPALIN

- surface : 78.400 hectares en Europe (France, Belgique et Hollande), dont près de 65 .000ha en France, les surfaces européennes ont déjà augmenté de 10% en 2014. Source CIPALIN

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

2nd international CELC congress in Budapest #EuropeanFlax

Bart Depourcq, CELC Président, opens the 65th Congress

Budapest, November 5-7 th

The European linen and hemp community gather in Budapest, for their second International Congress, with the focus on globalisation.They are more than 250 delegates from accross Europe, also from Egypt, Korea, Japan, India and China.

A record number of delegates will welcome our new Affiliated Members;  over 50 Fashion & Lifestyle brands and retailers, Universities, Colleges, Trend Offices, Editors who have recently joined CELC. This new status confirms a new synergy within the flax and linen industry.

The strategy of CELC – inform, defend, promote – gives structure to the principal speeches of the Congress, from farming to distribution.

#EuropeanFlax : one key word for all Social media

The EuropeanFlax® brand allows Club Masters of Linen® Members to play they role in sustaining products of quality. A Club which guarantees European traceability at each step of the  production.

Follow us on FACEBOOK  La confédération européenne du lin et du chanvre

www.europeanflax.com

Photo Vincent Lappartient – CELC

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

2nd international CELC congress Budapest 2014 #EuropeanFlax

Bart Depourcq, Président de la CELC lors de son discours d’accueil – 65ème congrès de la CELC, Budapest

Budapest 5-7 novembre 2014

La communauté du lin et du chanvre européens se réunit à Budapest pour un congrès international placé sous le signe de la mondialisation. Pas moins de 250 congressistes venus de toute l’Europe, mais aussi d’Egypte, de Corée, du Japon, d’Inde et de Chine.

Une affluence record pour accueillir les nouveaux membres correspondants, une cinquantaine de marques de mode et d’art de vivre, de bureaux de tendances, d’Ecoles et d’Universités qui rejoignent la CELC. Ce statut particulier confirme un dialogue largement entamé qui leur donne enfin droit de cité dans l’écosystème du lin.

Les trois piliers de la CELC – informer, défendre, promouvoir, rythment les différentes prises de parole de ce congrès, de l’agriculture à la distribution.

#EuropeanFlax : un mot clé pour tous les réseaux

Des fibres européennes promues par deux marques  interactives où la fibre #EuropeanFlax permet au Club Masters of Linen de jouer son rôle de modèle économique de la qualité. Un Club qui garantie une traçabilité européenne à chaque étape de transformation.

suivez sur FACEBOOK  La confédération européenne du lin et du chanvre

www.europeanflax.com

Photo Vincent Lappartient pour la CELC

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

Le musée du lin est ouvert !

Il répond au très joli nom de TEXTURE. Tout juste inauguré, le Musée du Lin, interactif et innovant, est implanté au bord de la Lys, une rivière qui s’écoule dans la région de Courtrai et qui charrie dans son lit la mémoire du lin. Bien campé dans son époque, TEXTURE se veut radical. Tourné vers l’innovation, interactif et ludique, aux racines du lin, son passé et surtout son futur. Et social avec une présence intense sur les réseaux. L‘histoire du lin, étalon or de la région, y est contée sous forme de vidéos et programmes audios. Tout un étage est dédié aux applications textiles et techniques, avec le concours de la CELC et la projection des films multiprimés, BE LINEN MOVIE et BE LINEN MOVIE 2. Voir du lin sous microscope, répondre à un quizz, plonger ses mains et palper graines et fibre… Sans modération.

www.texturekortrijk.be
Facebook Page www.facebook.com/Texturekortrijk

Gracefully named « TEXTURE », the newly launched Linen Museum is both innovative and interactive. In front of the museum, running through the Courtrai region, the Lys river carries many linen memories. Radically grounded in its era, TEXTURE explores the story of linen down to its roots, innovates by unveiling its future. Social media is TEXTURE’s playground! As precious as gold in this region, the story of linen is told and detailed in video and audio documents. In collaboration with the CELC, textile & technical applications are in the limelight – with a dedicated floor, where visitors can also watch the multi-awarded documentary films BE LINEN MOVIE et BE LINEN MOVIE 2. Watching linen through a microscope lens, answering quizzes, plunging your hands to feel thousands of seeds running through your fingers, the tactile sensation of fibers caressing your skin… with no moderation!

Photos CELC

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print

Un avenir tissé de lin: Itw de Julie Pariset pour www.vosgesmatin.fr

Article paru le 5/10/2014
Propos recueillis par par Gwenola GUIDÉ
Photo Cédric Martineaud / stand CELC à Maison&Objet

« Pas vraiment prophète en son pays, la fibre de lin, essentiellement cultivée en France, demeure injustement méconnue de nos compatriotes. Entretien avec Julie Pariset, chef de projet à la confédération européenne du lin et du chanvre (CELC).

– Le lin est une fibre cultivée en France de longue date. Un fait ignoré de nombreux consommateurs ?

JP – « 80 % de la production mondiale de lin est européenne. Sur ces 80 % de production européenne,
la France pèse à elle seule 80 %. C’est dire. Pourtant, un sondage l’a montré dernièrement, de
nombreux consommateurs imaginent que c’est une fibre exotique. »

– Où la production se concentre-t-elle ?

JP – « On a coutume de dire qu’elle s’étend de Caen à Amsterdam. Soit sur le nord de la France, en
Belgique et aux Pays-Bas. C’est une question de terroir et de savoir-faire. »

- Le lin n’est-il pas victime de préjugés ?

JP – « Si, bien sûr, et notre rôle à la CELC est aussi de lutter contre les idées reçues. Le paradoxe est
que les Français sont parmi les consommateurs qui en achètent le moins, tout en étant les plus
gros producteurs. ‘’Ça se froisse » est le reproche que l’on entend le plus souvent. Alors que chez
les Italiens, par exemple, on reconnaît un certain chic à ce froissé un peu désinvolte, le lin se porte
comme ça. Un autre cliché est que ce serait difficile à entretenir. Il n’en est rien. Le lin est une fibre
résistante, qui se lave sans problème à 60 degrés. N’oublions pas que les trousseaux de nos grandsmères
étaient composés de lin. Cette fibre naturelle est thermorégulatrice et a la capacité inégalée
de retenir 20 % de son poids en eau sans que l’on ressente d’effet ‘’toucher mouillé ». Ce qui la rend
idéale pour le linge de lit et de toilette. »

- Et depuis nos grands-mères, on a aussi découvert de nouvelles applications ?

JP – « Le lin se mélange très facilement à d’autres fibres comme la laine ou le cachemire. On l’utilisait
surtout en chaîne et trame, désormais la maille de lin se développe. On la trouve par exemple
aujourd’hui sous forme de t-shirts dans la plupart des grandes enseignes. La maille représente
désormais 30 % du secteur textile. »

- Et depuis nos grands-mères, on a aussi découvert de nouvelles applications ?

JP – « Le lin se mélange très facilement à d’autres fibres comme la laine ou le cachemire. On l’utilisait
surtout en chaîne et trame, désormais la maille de lin se développe. On la trouve par exemple
aujourd’hui sous forme de t-shirts dans la plupart des grandes enseignes. La maille représente
désormais 30 % du secteur textile. »

- Le lin a aussi de nombreux atouts technologiques, encore moins connus du grand public ?

JP – « Pour certaines applications, la fibre de lin remplace la fibre de verre, grâce à ses propriétés
mécaniques intrinsèques. On l’utilise donc dans l’automobile, l’aéronautique, le domaine des sports et
loisirs. C’est une culture à la fois séculaire et innovante, une filière de proximité, un atout pour notre
économie. »

  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Print